Zakala Mboyo, de son vrai nom Sixte Singha, est le créateur de Mopacho, une danse devenue populaire et célèbre au Congo Brazzaville et dans certains pays africains. C’est en 1990 dans le cinquième arrondissement Ouenze qu’il décide de donner le nom de Mopacho à ce qui était personnellement sa façon de danser.

Depuis quelque temps, grâce à des artistes comme Afara Tsena ou Tidiane Mario, Sixte SINGHA a vu sa danse devenir très populaire auprès des danseurs congolais à travers le réseau social TikTok avec ses nombreux défis en tous genres. Cette danse a acquis une telle popularité qu’elle a mis en lumière son créateur qui était auparavant inconnu de tous. La danse Mopacho est devenue l’identité de tous les Congolais du monde entier. Elle a tellement conquis les cœurs et gagné en notoriété que le Ministère de l’Industrie Culturelle, Touristique, Artistique et Loisirs a organisé un concours national en son honneur.

Mais aujourd’hui, Sixte SINGHA ne fait pas parler de lui pour un pas de danse, mais plutôt suite à son coup de gueule à cause de son absence à la 11ème édition d’un des plus grands festivals de musique africaine, le FESPAM. Très mécontent des négligences à son égard de la part des organisateurs dudit Festival, il menace de porter plainte contre tous les artistes qui exécuteront ses pas de danse sur la scène du FESPAM.

C’est à travers une interview accordée à un média local qu’il s’exprime :

« Mon nom ne figure pas sur la liste du FESPAM et Mopacho sera danser au FESPAM. Et si je décide de porter plainte à tous ces gens qui vont danser le Mopacho au FESPAM ? »

Il poursuit en disant :

« Ça fait mal, mon père, il a 93 ans, il m’a demandé : mais toi, tu as créé une danse mon fils, pourquoi ne participes-tu pas au FESPAM ? Donc je n’ai pas besoin d’argent ? »

Tout ne serait-il qu’une question d’argent ?

Sixte SINGHA